Le déclin

Journée passée dans mon lit.

J’ai dormi toute la matinée puis de 16h à 22h. Je fuis la réalité comme je peux et si j’avais pu je serais encore auprès de Morphée. Il me semble que j’ai abandonné totalement la partie. Mes rêves ont tellement la saveur de la réalité qu’au réveil je crois que ça l’est. A vrai dire je voudrais presque décrocher totalement, un peu à la manière d’une cliente d’Ally Mac Beal qui veut qu’un hôpital l’endorme définitivement car dans ses rêves elle a un mari, des enfants et une vie agréable. Comment ne pas la comprendre ?

J’ai échangé très peu de mot avec ma grand mère aujourd’hui et ce furent des paroles d’énervement notamment au sujet de l’internet bas débit qui réquisitionne sa ligne téléphonique:

« Mon fils a essayé de m’appeler hier. Pourquoi utilises-tu la ligne ?

- Pour internet je te l’ai déjà dit…

- J’en ai rien à foutre de ton internet

- Et moi rien à battre de tes appels ! Egalité, Balle au centre !!! « 

Petit, minable, puéril.


Le reste du temps eveillé je l’ai passé en majeure partie sur un site où il y’a une quantité phénoménale de photo de bites et rien d’autre que ça (sobrement intitulé ma-queue.com). J’en ai parlé à Louis qui m’a rappelé qu’il était le premier à m’avoir mentionné cette adresse il y’a des mois et que je lui avais sorti un péremptoire « c’est pathétique ». Bien sûr que ça l’est, évidemment. Néanmoins ici je ne peux regarder aucune vidéo sur mon ordinnateur vu la lenteur de la connection alors j’occupe mes plaisirs solitaires devant ce catalogue de bites en tous genres. Mais tout à l’heure je cherchais à faire un film de bonheur dans ma tête pour m’endormir et je me suis mis à entrevoir ces queues et à essayer de mettre des visages et des corps autours. Le mec « idéal » que invente souvent je le créais en commençant par visualiser un sexe et je ne sais pourquoi en plus d’une réelle excitation, j’en éprouvais une certaine allégresse. Je repensais au corps de mes ex en me disant « oui ça fait aussi partie de la magie, du bonheur d’avoir un mec dans sa vie cette part de lui », le sexe rejoignait mes fantasmes sentimentaux d’adolescent. Dois-je y voir une évolution positive ?

De plus cette expérience avec ce site c’est un peu comme si je découvrais une nouvelle forme d’érotisme perverti, très 21è siècle. Les visages sont devenus ce qu’on ne montre pas, l’essence de l’érotisme est maintenant de les cacher. Tout le reste est dévoilé de manière tellement clinique, chirurgical ou gynecologique, en gros banal. Alors je regarde ces bites en cherchant à mettre un visage dessus ou une émotion. Par exemple quand le cliché suit visiblement une éjaculation, je cherche à inventer un rictus de jouissance pour l’accompagner. Et lorsqu’il y’a une tête qui l’accompagne (c’est plus que rare) je zappe car ça casse totalement la magie de la chose.

Un nouveau jour se lève et moi je vais essayer de trouver la chaleur du sommeil et de l’oubli.

Je vais retrouver la bite idéale et créer un visage, une histoire autours.

Drôle d’époque.

 


Pas encore de commentaires to “Le déclin”

sarivoli |
Lusopholie |
Critica |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Dolunay
| "Le Dernier Carré"
| Les terres arides de l'isol...