One day i’ll fly away (bis)

Réveil horrible. J’avais oublié de fermer ma chambre à clef. Elle entre et commence à me dire que j’ai beaucoup de courrier, elle blablate comme si de rien n’était. Sans gène. Je dis «je dors », elle fait comme si elle n’entendait pas, elle continue, me parle du repas de midi. Je hurle «JE M’EN TAPE ! JE DORS ! ! ! ». Enfin elle quitte mon espace vital.
Je commence à reprendre totalement conscience et c’est atroce. Je suis là, dans ce trou, sans solution de départ. Je ne peux pas rester ici. Je vais mal finir. Elle me rend dingue. Je déteste ce département, cette région. Ca sent la mort ici.
Je sais qu’un jour je partirai et je laisserai cette creuse mourir sans même un regard, une pensée. L’oubli. Tout est petit ici, surtout les gens.
Hier elle me parle de la visite d’une voisine qu’elle a reçue pendant que j’étais chez le dentiste, dans le chef lieu moribond de cette campagne misérable. Elle me raconte les commérages, me dit que je n’ai pas à m’inquiéter, personne ici ne lui a parlé de mon homosexualité. Je tente de lui expliquer que c’est le cadet de mes soucis, que pour moi ces gens et ce qu’ils pensent ne comptent pas, qu’ils n’existent pas, que la vie de certains internautes a plus d’importance pour moi que la leur. Je n’arrive pas à lui faire comprendre qu’à Toulouse ou ailleurs, je ne connais même pas mon voisin de palier et que je ne souhaite pas échanger plus qu’un bonjour, au revoir avec lui.
Elle et moi vivons dans deux mondes si différents. Néanmoins je connais le sien. Je l’ai fui il y’a bien longtemps. Elle ne fait pas l’effort de comprendre le mien, cette fourmilière parfois froide et cruelle mais qui me plaît, en partie justement pour cet anonymat, cette paix.
Maintenant bien réveillé j’appréhende de sortir de ma chambre. Je sais que d’une manière ou d’une autre elle va m’énerver, me saouler de questions ou d’autre chose.
La représentation doit pourtant commencer…

 


Pas encore de commentaires to “One day i’ll fly away (bis)”

sarivoli |
Lusopholie |
Critica |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Dolunay
| "Le Dernier Carré"
| Les terres arides de l'isol...