Formidable !

nowhere2.jpg

 

Je n’avance plus, je regarde les vagues en cherchant des yeux le point où j’ai échoué. Pourtant à cet instant je sais bien que je suis formidable, à tel point que si j’étais moi-même je m’épouserais peut-être… « What if god was one of us » de Joan Osborne tourne sur ma platine et je me mets à espérer moi aussi que Dieu se sent douloureusement seul quand il rentre chez lui car ce soir il me semble que c’est bien tout ce qu’il mérite. Je monte le son et je fais comme si je n’avais pas vu sa photo sur la page d’accueil de pédéland.net, comme si je n’avais pas été lire son profil puis l’historique de notre dernière conversation. Je suis formidable, ça ne fait aucun doute. Je pense à l’apocalypse en me disant qu’un monde où presque personne n’a vu Nowhere de Gregg Araki ne présente pas grand intérêt de toute façon. Je secoue la tête et je me sens de plus en plus formidable. Est-ce que la méthode Coué a rapporté beaucoup d’argent à ce fameux Coué ou est-ce qu’au final c’est seulement lucratif pour l’animateur à la con de TF1 ? Je sais bien que je ne serai jamais heureux et ça me fait sourire, un peu comme quand je seconddregréise une blague de téléZ ou quand j’ai regardé Starship Troopers et que la fille de mon ex s’est exclamée en découvrant l’actrice principale aux commandes d’un vaisseau spatial : « C’est Barbie hôtesse de l’air ! ». Je caresse mon verre en reniflant le parfum sucré qu’il exhale, j’avais oublié cette chaleur. Je pense à débloquer un de mes contacts msn, un peu comme quand Mon petit poney (as Séverine Ferrer) offrait à un gueu une journée avec son idole. Je me dis que le monde sera passé à côté de quelqu’un de formidable et que je n’ai pas évoqué Araki juste pour le paraître plus car alors j’aurais parlé de « Mysterious skin » et, à la manière du magazine Tétu à son heure, de sa « passion » pour les starlettes de séries télé. Je me roule une autre cigarette puis je lis les pubs arrivées dans ma boîte mail en cherchant l’intérêt d’avoir un antispam. Je sirote un peu plus de liqueur italienne en me disant qu’être snob n’a jamais empêché d’être formidable. Pendant que je salue un mec sur msn Mariah Carey essaie de faire passer en douce « my all » sur ma playlist mais je la zappe à temps, bien essayé ! Je souris à la lune en pensant qu’il y’a 150 ans un autre garçon, forcement un peu moins formidable que moi, la regardait peut-être en se sentant lui aussi perdu. Toujours sur msn je confie à un garçon des pensées formidables qu’il ne comprend pas. Je monte encore un peu le son. Je n’ai jamais été si seul et si formidable en même temps.

nowhere.jpg

 

 


Pas encore de commentaires to “Formidable !”

Si c'est ailleurs ,c'est ici. |
Histoire et fiction - 11ème... |
Critica |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Dolunay
| "Le Dernier Carré"
| Les terres arides de l'isol...