Signes intérieurs de richesse

 

publicationcouverture47auto.jpg

 

« La richesse est dans nos cœurs ? Mon cul moi j’veux de l’oseille ! », Booba (Pitbull)

Après des siècles de réflexion, d’hésitations et de doutes je viens enfin de trouver ce que je voulais faire de ma vie : je veux « gagner » beaucoup d’argent.

En effet, si j’étais riche, mes problèmes existentiels revêtiraient l’importance qu’ils méritent, je pourrais leur accorder une totale attention sans me sentir coupable ou déplacé.

De plus j’aimerais qu’un jour on puisse dire de moi : « il avait tout mais malgré ça il n’a jamais trouvé le bonheur ». Non seulement mon cœur d’éternelle midinette pense que c’est romantique mais ça démontrerait aussi une bonne fois pour toutes que l’argent n’a aucune importance à mes yeux.

A ce propos, j’ai vingt euros qui partent chaque mois chez AOL uniquement parce que je n’ai pas résilié notre contrat après mon départ de Toulouse. Ensuite il y a Club Internet : en arrivant dans cette horrible campagne sans ADSL j’ai souscrit à un forfait internet bas débit chez eux dans l’idée de rompre tout de suite après avoir utilisé les heures promotionnelles offertes. Résultat : depuis cette idée de génie ils me délestent de quinze euros tous les mois alors que j’utilise un autre FAI. Je sais que c’est obscène mais je ne trouve jamais le courage de chercher leur adresse puis de leur écrire une lettre. Il y’a aussi cette annexe de pédéland.net où je n’ai pas mis les lettres depuis bientôt deux mois. Je ne réussis jamais à me décider à chercher sur leur horrible site la ligne probablement minuscule où on annule l’abonnement. Imaginez qu’ils exigent en plus un recommandé ? ! Autant me donner tout de suite une carte de client à vie ! Pour finir que penser de cet abonnement « UGC illimité » quand je ne sais même pas s’il existe encore un cinéma dans ce trou ? Il m’arrive de songer à déclarer à ma banque la perte de ma carte bleue dans l’unique but d’être enfin débarrassé de tout ça et de pouvoir profiter de ces deniers que je jette par la fenêtre.

Mais si j’étais riche, ça ne serait pas nécessaire et ça justifierait que je me sois toujours comporté comme tel ! Mon compte en banque serait enfin en adéquation avec ma façon d’être. En gros, n’ayons pas peur des mots, ma vie serait presque harmonieuse.

Qui plus est je pense sincèrement que j’étais fait pour avoir des domestiques. Un jour je le disais à une de mes connaissances et elle a été choquée. Je ne comprends toujours pas pourquoi. Les gens ne se rendent pas compte du talent qu’il faut pour être servi. Ils s’imaginent que ça n’exige rien mais c’est un art ! Il faut savoir adapter ses sourires, faire comprendre qu’on ne se sent pas supérieur et qu’on compatit tout en ne méprisant pas. Exit le « ma pauvre je n’aimerais pas être à votre place », non seulement il ne faut pas être très perspicace pour le deviner tout seul mais c’est également vulgaire et condescendant. Il s’agit d’employer les compliments avec parcimonie pour leur donner une portée significative, d’essayer tant que possible de les varier et de doser ses effets. Enfin il faut savoir proférer des « qu’est-ce que je ferais sans vous ?  » en mariant l’intensité et la conviction d’un acteur de la Comedia dell’arte sur le point de défaillir avec la retenue et l’élégance d’un Jean Rochefort dans presque tous ses films, comme si vous n’étiez pas persuadé que n’importe qui pourrait faire l’affaire !

Finalement, dire aux autres ce qu’ils ont envie d’entendre est LA CLEF dans presque tous les domaines, je devrais d’ailleurs le mettre un peu plus souvent en application.

Quoiqu’il en soit je pratique fort bien l’art d’être servi et il me semble que c’est inné (génétique ?).

C’est pourquoi je persiste à penser que la cigogne qui m’a déposé ici était tellement ivre ou droguée qu’elle s’est trompée d’adresse de livraison ! C’est comme ça que j’ai atterri chez les pauvres, je ne vois pas d’autre explication.
Je dois réparer cette grossière erreur et pour cela gagner beaucoup d’argent, je n’ai pas le choix !

Mais qu’est-ce que je peux faire pour ça ?

Je n’ai pas d’autre talent que celui que je viens de vous exposer et je ne vois pas dans quel métier il pourrait être utile à quelque chose.

Il est vrai que je suis aussi un très bon diplomate et que j’ai la faculté de me faire apprécier facilement, sans même le chercher sciemment. Je commence instinctivement mes phrases par « tu as raison » puis j’ajoute le « mais » qui me permettra d’avancer mes idées.

A bien y réfléchir je suis aussi particulièrement doué pour la « suggestion ». J’ai vite compris que les autres sont comme moi : ils détestent se sentir obligés de quelque chose. Alors, enfant, je m’exerçais sur ma mère à ne pas lui demander ce que je voulais, à lui souffler de me le proposer en lui laissant croire que c’était son idée. Ca m’a permis de développer des stratégies très intéressantes que je ne dévoilerais pas ici, par souci de secret professionnel, et ça a aussi été très utile à mon assistant Dominique Poireau. Cependant le telemarketing c’est l’usine des neurones, ce n’est pas gratifiant et ça paie très mal : rien à voir avec mes aspirations.

Je résume la situation : je veux être riche, j’ai l’art d’être servi, je sais accepter avec élégance qu’on me propose ce que je désirais et je m’y entends comme pas deux pour mettre les gens dans ma poche quand je le veux vraiment.

Voilà…

J’ai beau cherché, à part princesse je ne vois pas quelle carrière (honnête) je pourrais embrasser ni à quel employeur je pourrais faire profiter de tous ces incroyables dons.

Il faut sûrement que j’y réfléchisse encore un peu mais je me pose une question : est-ce que ça vous ferait plaisir de me donner des conseils … ?

Dans le doute je ne vous le demanderai pas, vous êtes libres de faire ce que bon vous semble.

De toute façon après avoir lu ce qui précède vous devez certainement me trouver détestable.

Mais que voulez-vous que je vous dise ?

Vous avez raison mais… (Voir plus haut)

46shemabilan2.gif

résultat :

 

16406princessdianaremembrancescreensaver.jpg

 


Pas encore de commentaires to “Signes intérieurs de richesse”

Si c'est ailleurs ,c'est ici. |
Histoire et fiction - 11ème... |
Critica |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Dolunay
| "Le Dernier Carré"
| Les terres arides de l'isol...