Digressions sexuelles

 

carson3.jpg

J’ai vu Octave hier. Octave est un homme que je connais depuis mes 18 ans. Il avait répondu à mon annonce sur un réseau téléphonique et nous nous étions rencontré pour du sexe. A l’époque je ne me connaissais pas vraiment, je commençais juste à comprendre que j’étais homosexuel et surtout que ça ne changerait jamais. Dans le sexe j’étais un débutant et Octave avait su apprécier la situation et me mettre à l’aise. Au fil des années nous nous sommes revus en pointillés, toujours dans la même optique. Chaque fois que je revenais visiter ma famille, je ne manquais pas de lui téléphoner afin qu’on en profite pour se voir. Pourtant nous n’avons jamais été autre chose que des partenaires sexuels.

Même si à chaque rencontre nous prenions un peu de temps pour évoquer nos vies respectives je sentais bien qu’il ne souhaitait pas que notre relation sorte du cadre du sexe.

Avec les années nous avons commencé à avoir un rituel : il arrivait, on fumait un joint ensemble en bavardant puis nous passions aux choses sérieuses et il repartait.

Octave est de ceux qui dans le sexe se contentent de prendre du plaisir sans jamais se soucier de savoir si l’autre en reçoit véritablement. Je m’exerce donc à lui en prodiguer, ce qui ponctuellement n’est pas insatisfaisant puisque donner du plaisir fait partie intégrante de ma propre jouissance, je ne conçois pas de mon côté d’être exclusivement receveur. De plus donner du plaisir c’est un certain pouvoir : l’autre est en quelque sorte entre nos mains, sa satisfaction dépend de ce que nous allons faire ou ne pas faire et je trouve ça particulièrement excitant. J’aime voir un homme s’abandonner, j’aime le regarder s’oublier dans l’extase. Dans ma vie, j’ai eu l’occasion de rencontrer des personnes dont les approches sexuelles étaient très différentes. Il y’a notamment des hommes qui font toujours la même chose et tiennent toujours le même rôle. Je ne suis pas de ceux là. Non seulement j’aime découvrir de nouvelles distractions mais la gamme de mes plaisirs est extrêmement variée. Je m’adapte à mon partenaire, certains verraient là la démonstration d’un manque de personnalité mais je ne pense pas que ça relève de cela. Je suis un garçon curieux, je pense qu’il n’y a jamais une vérité unique ou une seule bonne façon de faire et j’applique ça jusque dans le sexe.

A ce niveau, une des nombreuses choses plaisantes lorsqu’on est en couple c’est qu’en apprenant à se connaître mutuellement nous inventons notre propre manière de faire l’amour, une façon de faire qui sera forcément différente si l’un des deux partenaires échangeait avec une autre personne. Dans le sexe aussi nous créons notre histoire commune, une histoire unique que personne d’extérieur à la relation ne peut vraiment comprendre ou même connaître. Par exemple le J de la relation J + C ne sera pas le même que le J extérieur à cette histoire. Son existence est toute dépendante de cette combinaison. C’est bien pour ça qu’il est difficile de conseiller objectivement une personne qui vient vous parler des difficultés qu’elle rencontre dans son couple. Pour le faire correctement il faudrait paradoxalement faire partie de ce couple.

Si ma relation avec Octave est toute particulière, c’est parce qu’avec lui j’expérimente des choses que je ne pratique jamais avec personne d’autre. Sans entrer dans les détails c’est une sorte d’exutoire immuable à mon côté « salope ». Alors hier j’ai été ravi de le voir mais quand il m’a proposé de partir en week-end avec lui à la mer j’ai été assez surpris. Non seulement ça ne lui ressemblait pas mais je n’en avais aucune envie. En effet j’ai compris petit à petit que sa mesquinerie sexuelle devait déborder sur d’autres aspects de sa vie et surtout que, pour être viable, le J (mon prénom est J) de cette histoire n’est concevable pour moi que comme une parenthèse dans ma propre existence. Alors en remontant mon pantalon je lui ai dit que je n’étais pas sûr d’être disponible et que je l’appellerai. Il n’était pas dupe mais il a fait mine d’acquiescer.

Comme il me ramenait chez moi et que nous avions peine à briser le silence j’ai réalisé que cette relation, aussi particulière soit-elle, était devenue pathétiquement la plus stable de toute ma vie et ceci me conforte dans l’idée que pour continuer à exister elle doit rester telle quelle. Nous prenons du bon temps ensemble et ce n’est déjà pas si mal…

savonhomme.jpg

 


Pas encore de commentaires to “Digressions sexuelles”

sarivoli |
Lusopholie |
Critica |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Dolunay
| "Le Dernier Carré"
| Les terres arides de l'isol...