Archive pour juin, 2007

Retrouvailles

 

coleress.jpg

 

Depuis quelques jours l’ennui que je ressentais sur le net s’est amplifié jusqu’à devenir insupportable. Alors au bout de cinq mois j’ai fini par brancher l’antenne de la télé qui est dans ma chambre puis j’ai visionné quelques programmes.

C’était assez curieux. Ne regardant plus sur le petit écran que quelques séries et films depuis des mois et ceci relativement rarement (en gros Desperate housewives et Friends ainsi que pour la première fois de mon existence Nouvelle Star, finale pendant laquelle je suis tombé amoureux de Julien Dore) j’ai eu la sensation d’être devant un monde oublié, une sorte de vestige de Youtube et de Dailymotion.

J’ai commencé avec le journal de 13h de M6, j’ai d’ailleurs découvert que ça dure désormais malheureusement plus de six minutes. J’ai la nette impression que M6 se TF1ise de plus en plus, autant dans la forme et l’habillage que le fond. J’ai eu aussi le sentiment que c’était assez  » sarkodirigé « . J’ai trouvé leur reportage sur le brevet des collèges complètement déconnecté de la réalité, ou plus probablement totalement hypocrite, car il mettait l’accent sur la revalorisation de ce diplôme appelé « petit bac  » (si si) par la 6 et que les gentils collégiens considéreraient maintenant avec égard, braves petites têtes blondes en mal de repères. J’y ai vu comme une propagande « retour au vraies valeurs sarkozistes « . C’était déconcertant. A ce propos je me suis demandé si les gens qui m’entourent sont tellement baignés dans cette propagande qu’ils ne la remarquent même plus. Peut-être que c’est moi qui suis parano…

Ensuite j’ai tenté d’échapper à mes penchants sado-maso en essayant de ne pas regarder les Feux de l’Amour. Peine perdue, devant la vacuité des programmes concurrents (c’est dire), je n’ai pas pu résister, je me suis jeté sur ma télécommande et enfin j’ai retrouvé mes amis aux Brushings 90′s impeccables.

Comment dire ?

Avec « The young and the restless » ce qui est très pratique c’est qu’on peut s’abstenir de regarder la série pendant 10 ans on retrouve toujours ses marques et au bout de dix minutes c’est comme si on ne les avait jamais quittés. Certains des acteurs de la distribution ont beaucoup morflé, notamment Danny Romalotti, l’éternel rocker, qui n’a vraiment plus 20 ans et semble traverser une crise capillaire permanente. Ce qui est fantastique c’est qu’il est de nouveau avec son ex femme Christine, qui, elle est toujours aussi tête à claque. C’est comme si les 578 épisodes qui se sont écoulés depuis leur divorce n’avaient jamais existé. D’ailleurs Nikki a en fait de même avec Victor. Quant au fils très laid de ce dernier j’ai compris la portée que les producteurs avaient voulu donner à son couple. Je les imagine un jour dans leur grand bureau en train de hurler (en VF) « il nous faut un nouveau couple phare, un nouveau Victor et une Nikki plus jeune ! ! « . Alors ils ont crée Sharon et engagé un laideron pour jouer le fils du magna de la cosmétique internationale. Vous remarquerez d’ailleurs qu’ils ont pensé à tout pour qu’on ait toujours en tête la filiation : les enfants de Nikki et Victor, le couple star, s’appelle Nick et Victoria. Des mini-eux en somme. Aujourd’hui la mini Nikki était au volant d’une BMW dans un quartier malfamé et grâce à son maquillage plus vraiment waterproof et ses cheveux en désordre (c’est un euphémisme) on voyait bien que ça n’allait pas fort. A coup de flash-backs inquiétants et d’un flic qui lui a demandé de s’arrêter parce qu’elle avait, comme par hasard, un phare cassé, on a compris qu’il venait de se passer un truc louche. Le staff des feux de l’amour avait également prévu que j’échouerais devant leur série en pleine saison cet après midi, alors ils ont ajouté l’apparition troublante d’un macchabé « zombie » à côté de Sharon pour que je saisisse qu’elle avait tué quelqu’un. Quand le gentil flic a dit « je peux réparer votre phare si vous ouvrez le coffre  » et qu’elle a lancé  » non NON merci c’est pas la peine  » d’une voix que même moi, je l’arrêtais sur le champs pour l’interroger j’ai deviné que le corps devait être dans le coffre. Je suis très perspicace, tous mes anciens profs pourraient vous le dire. Nous avons eu droit à un flash back géant dans lequel la belle revoyait toutes les scènes d’embrassades avec son mari depuis 10 ans sur fond d’une chanson d’amour que le mot mièvre ne suffirait à décrire et ça ça ne présageait rien de bon.

A part ça Ashley n’est plus jouée par la même actrice et j’ai décidé de nommer la nouvelle Tronche de Canne, façon 4 mariages et un enterrement, car la ressemblance avec l’animal est stupéfiante. Je ne sais pas si j’arriverai à m’y faire. Rien à dire sur le reste de la distribution si ce n’est que je me demande si on leur fait un prix de gros sur le Botox.

L’épisode d’aujourd’hui se terminait sur une scène choc, lorsque après avoir garé sa BM très discrète dans une rue sombre Sharon est attaquée par un groupe de racailles au look improbable. Va-t-elle subir une tournante dans le prochain épisode ?

Après toutes ses émotions j’ai zappé sur le service publique. J’ai toujours détesté les émissions de Delarue mais depuis que je lis POC je vois ça sous un autre jour. Aujourd’hui il recevait des couples dont un des partenaires est excédé par « les manies  » de celui ou celle qui partage sa vie. Quand une des épouses parlait de son compagnon qui fait le ménage à 6h du mat quand il rentre du boulot j’ai prié pour qu’il ne s’agisse pas de mon ex qui aurait « viré sa cutie « . Non, ouf, juste un quidam un peu barré de plus.

Alors qu’une gentille psychologue conseillait à deux Bree Van de Camp au masculin d’aller se faire soigner (« on est à la limite limite du pathologique « ) j’ai enfin compris l’intérêt des émissions de Delarue. Elles sont là pour que derrière son écran on puisse se dire qu’on est « normal « .

 » Regarde ces cinglés je ne suis pas comme eux « 

En fait c’est très rassurant même si je n’irai pas jusqu’à dire que c’est d’utilité publique.

N’étant pas encore en phase terminale je n’ai pas voulu regarder le téléfilm de M6 et j’ai éteint la télé après un documentaire consacré à l’Atlantide sur France 5, qui relève toujours le niveau. Mais vous savez quoi ? Ce moment télé était on ne peut plus agréable et je suis décidé à recommencer bientôt. Comment ai-je pu vivre pendant deux ans sans ce bonheur ?

En photo, une idée de cadeau pour vos « amis » que vous détestez en secret :

col22.jpg

 

Emancipation

 

nuclia.jpg

 

casual.gif

 

 

Je suis décidé à ne plus suivre les conseils des autres.

Force est de constater qu’ils sont tous comme moi : des humains tombés ici sans mode d’emploi, qui avancent comme ils peuvent en essayant, en tâtonnant, en faisant leurs propres erreurs pour découvrir qui ils sont et ce qui leur convient.

Ils n’ont pas plus que moi la science infuse et ils n’ont aucune idée de ce qui est bien pour moi.

J’écouterai leur avis mais je ferai mes propres choix.

C’est probablement une phase de cette adolescence que je rejoue mais ça n’a aucune importance.

C’est comme ça.

Ils me semblent que certains ici bas cherchent une poupée, un pantin, à diriger, à « driver ». Leurs motivations m’importent peu, je n’ai même pas envie de perdre mon temps et mon énergie à essayer de les convaincre de mon bon droit. Fuck them ! C’est ma vie et c’est tout ce que je possède, je lui donnerai la direction et le sens que je veux, en n’en faisant qu’à ma tête.

I wanna be free, i wanna be me.

Upload (to myself): Il serait aussi intéressant que je ne demande pas à ceux que j’aime d’être diiférents de ce qu’ils sont. Dont acte. Act !

 

imageattente1.jpg

bb0602200329motardgays.jpg

Amusements du soir…

 

240pxgentlemenpreferblondesmovietrailerscreenshot16.jpg

 

 

Espoir

Je ne sais pas ce qui se passe Je me fuis, incapable d’accoucher de moi, je crie, je m’apitoie

Je me suis, mais le plombs qui à grillé chez moi fera sauter le toit

J’essuie l’illusion annoncée de n’avoir d’autre choix que moi

J’ai si bien dit « on ne m’y verra pas » que j’y suis,… là

Bonne nuit dans ce monde sans pitié, cher monde mes amitiés

 

 donatellaversace1.jpg

 

C’est une belle journée…

 

1hangedemonmoyen.jpg

 

… une journée à utiliser de mauvais titres racoleurs.

Aujourd’hui Elle ne m’énerve pas et j’ai décidé d’être gentil. Au fond qu’est-ce qu’Elle m’a fait et pourquoi est-ce qu’Elle m’horripile à ce point ?C’est pénible d’être inconstant comme ça, de ne même pas avoir de certitudes quant à ses sentiments et ses jugements sur les gens.

Ce matin la chanson qui me correspond ce serait celle où Madonna dit en français quelque chose comme « autours de moi je ne sais pas qui sont les anges ou les démons  ».

On va finir par croire que je suis un fan de la lady mais peu importe, elle a finalement beaucoup de chansons qui me « parlent » cette brave dame.

 

40696844madonna203.jpg

 

Je suis et j’ai finalement toujours été incapable de différencier les bons des méchants. (voir ici)

C’est donc une énième remise en cause.

Je crois que je vais noter sur une feuille le nom des quelques personnes que je connais puis lister leurs qualités et défauts afin essayer de définir leurs camps respectifs. Bon VS mauvais, manichéisme de base.

Ca a l’air ridicule mais écrire les choses m’aide à les mettre à plats et parfois à les comprendre.

Cette journée s’annonce agréable, je me sens bien dans ma peau comme après chaque nuit blanche et je ne sais pas pourquoi ce manque de sommeil me réussit toujours de cette façon. Anorexie du sommeil ? ! !

Quand il ne se passe rien dans ma vie j’ai tendance à m’intéresser au paranormal, au divinatoire et à toutes ces foutaises alors cette nuit je me suis tiré les cartes. Elle, ma grand-mère, m’avait appris à le faire et c’était une des seules choses qui nous reliaient lorsque j’étais un ado arrogant. Je lui demandais de me prédire l’avenir et elle devait se sentir gonflée d’orgueil d’avoir un talent que je ne possédais pas. Des fois le jeu ne m’intéressait même pas, je lui demandais de me faire profiter de son talent de cartomancienne dans le seul but de nous permettre de nous sentir proche un moment.

Mon tirage de la nuit dernière est étonnamment bon, ça m’a d’ailleurs interloqué vu ma situation actuelle.

Peu importe, ce matin j’ai envie de croire ma grand-mère quand elle dit « les cartes ne mentent jamais » alors :

The world is mine…

enfin bientôt…

peut-être.

 

mediumcloe2.jpg

Nuisances sonores

 

stopaubruitcomp40.jpg

7h30, ce matinJe n’arrive pas à m’endormir.

En fait je songe déjà à ce qui m’attend demain.

Je suis las de me réveiller dans cette maison, sa maison. De devoir subir sa compagnie, son flot de questions qui me fatigue au plus haut point :

- Pourquoi tu ne me parles pas ?

Je n’ai rien à lui dire, je ne me suis jamais senti aussi éloigné d’elle. Je suis devenu un étranger.

Je ne sais pas ce qui s’est passé, elle m’a toujours énervé mais ça n’a jamais été aussi fort que depuis mon retour. Elle m’horripile mais je n’ai même pas envie de lui faire la guerre, c’est trop petit, cette guerre ne m’intéresse pas. Elle ne m’intéresse pas. Je veux juste qu’elle devienne un fantôme, au pire une voix plaintive qu’une pression sur la touche rouge de mon téléphone suffit pour faire taire. Parfois je ressens encore de la culpabilité mais c’est de moins en moins fréquent.

Quoiqu’il en soit je n’arrive plus vraiment à cacher mon mépris.

Je ne lui parle plus. Je réponds à ses questions par des grognements, des oui ou des non. Il m’arrive même, quand je n’ai plus envie de jouer à ce jeu, de faire comme si je ne l’avais pas entendu.

Malheureusement le nouveau casque de mon lecteur MP3 a un son trop faible pour couvrir complètement sa nuisance sonore mais il faut dire que je ne passe plus qu’un maximum d’une demi-heure dans la même pièce qu’elle.

Ce qui me pèse le plus ce sont mes réveils. Dès que j’ouvre les yeux je sais ce qui m’attend : d’abord une certaine honte de me lever l’après midi, de ne rien faire ; lui passer devant en feignant l’indifférence ; subir, encore et toujours les même questions que la veille, mot pour mot ; dépenser une énergie considérable à ne pas m’énerver ; puis rester la plupart du temps enfermé dans ma chambre pour ne pas la croiser, avec toujours un fond musical pour ne pas entendre son ronron ; se retenir de manger avant qu’elle ne soit couchée pour éviter sa litanie sur la nourriture ; lui repasser devant pour aller faire ma marche quotidienne et l’entendre comme la veille, l’avant veille, la semaine passée ou le mois dernier me demander si je vais loin ou je ne sais quelle autre ineptie ; au retour filer directement dans ma chambre sans lui jeter un regard ; me connecter à Internet et retrouver les profondeurs de l’ennui en attendant impatiemment qu’elle monte dans sa chambre.

Une fois qu’elle est partie, vers 19h30, je m’éveille enfin à une certaine liberté. Je me prépare à manger, j’allume la télé ou je retourne directement sur le web, rien de transcendant mais au moins je ne me sens pas épié, je peux bouger, aller dans n’importe quelle pièce comme bon me semble, vaquer à mes petites occupations sereinement.

Oui, à ce moment là je me sens presque libre.

Vers 6h30, comme tous les jours depuis des mois maintenant, je débranche le modem de la prise téléphonique,  je ferme la porte de ma chambre à clef puis je regarde un épisode de Friends, de Ab Fab ou de Sex and the city, n’importe quoi de léger qui puisse me détendre et me faire oublier que le lendemain le même cinéma recommencera.

Enfin, quand je me sens assez déconnecté de la réalité, j’éteins mon ordinateur, je mets la radio pour ne pas être réveillé par ses bruits ou ses monologues dans la pièce d’à côté, je m’invente un autre monde, je tourne un film de bonheur dans ma tête fatiguée et je finis par sombrer dans le sommeil.

Ce matin, j’ai la nette impression d’être un oiseau en cage, je suis en colère. Je voudrais la supprimer enfin de mon paysage, surtout la faire taire. Je suis épuisé de ce fond musical permanent que sa présence m’impose.

Que j’ai envie d’un peu de silence, de vraie solitude, de repos en somme !

0p99silencieux.jpg

Résolutions

 

 » (…) Il y’a des millions de couples qui ont bâti leur relation à force de volonté et de petites renonciations partagées. Il y’a des millions d’êtres qui n’exigent pas de la personne qui est à leur côté cent pour cent de compatibilité et de goûts communs. C’est le désir de perfection qui tue les affects, la soif d’absolu, la peur de l’habitude, la perpétuelle nostalgie de l’impossible, le refus permanent de nous accepter comme nous sommes et d’accepter les autres tels qu’ils sont. Quand on ne se comprend pas soi-même il est impossible de comprendre que les autres vous aiment. Mais le temps ne nous laisse que deux options : assumer ce que nous sommes ou abandonner. Et si nous n’abandonnons pas, si nous décidons de rester sur cette planète minuscule et de pactiser avec notre vie encore plus minuscule nous pouvons interpréter cette résignation comme une défaite ou comme un triomphe. (…)

Je n’aspire plus aux grands feux. J’espère simplement renaître de mes cendres et jouir de quelques braises de passions, cette source intermittente de chaleur que sont les gestes familiers, les années d’expérience, la chaleur des lèvres connues et la sérénité de tant de jours puisée dans des yeux où ne brille ni l’anxiété ni le désir ; une douceur liée à la routine même, au poids des sentiments assumé, tandis que flue la fatigue, l’étrange indifférence devant ce que nous avons fait. La paix en somme. Ou l’amour (…) »

Lucia Etxebarria, Beatriz et les corps célestes

Coming out : je suis Scooby Doo

 

scoobydoo1.jpg

 

 

J’ai l’impression de jouer dans une version bizarre de Scooby Doo : les gens qui m’attirent finissent tous par s’avérer être « peu recommandables » (pour rester correct).

Au moins dans le dessin animé on sait à quoi s’attendre, ça se passe toujours après qu’un chat noir ait traversé la route, un soir de pleine lune pendant la fête d’Halloween qui tombe un vendredi 13.

Moi ça ne prévient pas, freestyle : tout va bien, pas de problème en vue et d’un seul coup, sans même être précédés d’une musique angoissante ils retirent leurs masques et le monstre en eux apparaît.

C’est assez flippant et ça n’incite pas à essayer de faire des rencontres, ça donnerait plutôt envie de s’isoler totalement.

En tout cas la prochaine fois que quelqu’un m’intéressera il faudra que je me demande rapidement ce qui ne va pas chez lui puisqu’il est de plus en plus évident que moi j’ai vraiment quelque chose qui cloche.

Est-ce une malédiction ?

Est-ce lié et des vies antérieures et un karma particulièrement mauvais ?

Quand est-ce que ça a commencé ?

Y a t-il une solution ?

Trouverai-je un jour mon Sammy (oui, je préfère encore ça à la gym-queen péroxydée et tête à claques qui jouait dans la pub pour les malabars) ?

Est-ce qu’il y a vraiment des gens qui ont vu le(s) film(s) du même nom avec Sarah Michelle Gellar ?

Enfin et surtout, est-ce que Magali va sortir du château ?

Tels sont les thèmes que nous aborderons peut-être ou peut-être pas dans la suite de notre programme.

 

scoobydoogang01.jpg

Last night Madonna saved my life

madonnaexpress.jpg

 

J’ai une confession à vous faire. Le Destin s’adresse à moi à travers mon lecteur de musique.Je fais tourner ce dernier en aléatoire et j’écoute les messages que la Fortune me délivre à travers les chansons qu’elle choisit parmi la multitude disponible.Ca a l’air fou et ça l’est certainement mais chacun ses lubies !

Ce soir, alors que je me lamentais sur mon sort, en me disant que je voulais mourir car je n’allais pas réussir à vivre sans ce garçon, mon lecteur a buggué sur « Express yourself  » de Madonna, qu’il a bien du me jouer trois fois en une heure.

Au bout de la troisième fois, ça m’a quand même interpellé et je me suis intéressé aux paroles de la chanson.

Il m’apparaît que ce soir mon Destin a choisi de laisser de côté sa subtilité coutumière pour faire dans l’efficacité.

Après m’être imprégné de la chanson de la blonde ambitieuse, j’ai écrit une lettre à la petite fille qui sommeille en moi, à côté de l’adolescent révolté mais sans réels problèmes de peau.

« Ma fille,

Franchement tu nous fais quoi, là ?

Tu t’accroches à quelqu’un qui non seulement semble ne pas te mériter mais qui en plus ne t’aime pas. Je te rappelle au passage qu’il n’a jamais prétendu le contraire.

Ca va bien la tête ?

Ma chérie, tu mérites le meilleur, rien au rabais.

Alors tu vas cesser de te poser en victime, essayer de te réveiller un peu et ne pas perdre de vue que tu auras le meilleur parce que c’est tout ce que tu mérites.

Parce que pendant un moment, là, tu m’as fait de la peine !  »

Quant à vous, croyez-moi, je ne suis vraiment pas un fan de Madonna, j’aime bien, ça s’arrête là (pour l’instant) mais ce soir je pourrais presque dire qu’elle m’a sauvé la vie !

J’aimerais pouvoir en dire autant de toi, Mylène ! !

«  Come on girls

Do you believe in love?

‘Cause I got something to say about it

And it goes something like this

{CHORUS :}

Don’t go for second best baby

Put your love to the test

You know, you know, you’ve got to

Make him express how he feels

And maybe then you’ll know your love is real

You don’t need diamond rings

Or eighteen karat gold

Fancy cars that go very fast

You know they never last, no, no

What you need is a big strong hand

To lift you to your higher ground

Make you feel like a queen on a throne

Make him love you till you can’t come down

You’ll never come down

{CHORUS}

Long stem roses are the way to your heart

But he needs to start with your head

Satin sheets are very romantic

What happens when you’re not in bed

You deserve the best in life

So if the time isn’t right then move on

Second best is never enough

You’ll do much better baby on your own

Baby on your own

{CHORUS}

Express yourself

You’ve got to make him

Express himself

Hey, hey, hey, hey

So if you want it right now, make him show you how

Express what he’s got, oh baby ready or not

What you need is a big strong hand

To lift you to your higher ground

Make you feel like a queen on a throne

Make him love you till you can’t come down

You’ll never come down

{CHORUS}

And when you’re gone he might regret it

Think about the love he once had

Try to carry on, but he just won’t get it

He’ll be back on his knees

To express himself

You’ve got to make him

Express himself

Hey hey

What you need is a big strong hand

To lift you to your higher ground

Make you feel like a queen on a throne

Make him love you till you can’t come down

You’ll never come down

So please

Express yourself

You’ve got to make him

Express himself

Hey, hey, hey, hey

So if you want it right now, make him show you how

Express what he’s got, oh baby ready or not

Express yourself

You’ve got to make him

So you can respect yourself

Hey, hey

So if you want it right now, then make him show you how

Express what he’s got, oh baby ready or not  »

Express yourself, écrit par Madonna et Stephen Bray

 

horriblemylene.jpg

Si c'est ailleurs ,c'est ici. |
Histoire et fiction - 11ème... |
Critica |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Dolunay
| "Le Dernier Carré"
| Les terres arides de l'isol...