En voie d’apparition

 

Je m’éteins, je m’isole, un mot de lui et je décolle.

Le verrou et sa clef, je veux encore des choses effrayantes et savoureuses.

Au crépuscule, allongé contre un corps, je sentais seulement que ce n’était pas le sien.

Trois doses de solitudes, une cuillère d’absence, un zeste d’angoisse, il laisse un message et j’oublie, j’ai foi, je veux, je vis…

L’enfant essaie de sortir de moi pour croire encore que le monde est un bac à sable.

Il revoit mes rêves à la hausse.

Je suis en suspens, je vis comme ça, je n’existe plus que dans un espoir.

Le reste ne me concerne pas… qui ça ?

 

Truth hurts featuring Rakim, Addictive

 


3 commentaires

  1. kitty78 dit :

    Tout en demi-teinte… Subtilité des plus beaux mots…

  2. lunarpark dit :

    Déboire, Augusten Burroughs.

  3. Lovedreamer dit :

    Kitty, tes commentaires me touchent toujours autant.
    Lunarpark, je ne connais pas Augusten Burrough mais d’après ce que je viens de lire sur Amazon, je peux déjà percevoir un certain écho…

sarivoli |
Lusopholie |
Critica |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Dolunay
| "Le Dernier Carré"
| Les terres arides de l'isol...