Le mal-être des succubes belliqueuses

 

On pourrait être tenté de penser qu’il suffit d’être blanc, hétérosexuel et travailleur pour satisfaire à la norme d’ici et maintenant mais ce serait omettre un de ses principes fondamentaux, universel et immuable : avoir le goût de vivre.

En effet, le mal-être dérange aussi sûrement qu’un clochard dans une réunion de copropriété.

Durant toute ma plus si courte existence j’ai entendu :

Il faut vivre, Il faut se battre…

– Se battre pour quoi ?

– Pour la vie !

– Pour ça ?!!! Se battre pour ça ?!!!

Peut-on se battre pour une souffrance ?

A ce stade de la conversation, il vaut mieux changer de sujet car si vous expliquez à votre interlocuteur que cette existence ne vous donne presque aucun plaisir, il vous regarde comme si vous étiez une succube belliqueuse, en parcourant nerveusement le bottin à la recherche du numéro des urgences psychiatriques.

On n’a pas le droit de ne pas aimer la vie.

C’est une chance incroyable d’être dans ce monde avec tous ses bonheurs, ses orgasmes multicolores disponibles à chaque instant pour qui s’en donne la joie…

De plus, les gens s’imaginent que si vous leur confiez que vous n’aimez pas la vie c’est que vous projetez d’y mettre fin bientôt et que vous êtes assez stupide pour les informer de votre décision.

– Bonjour Chantal, je donne une réception pour fêter mon suicide prochain, est-ce que tu serais disponible pour des funérailles le mardi en quinze ?

Drogués à l’écran bleu et aux brochures normatives sur « la dépression, comment faire face », ils pensent que c’est un « appel au secours » et qu’ils doivent vous aider.

En effet, nous, les gens, nous aimons beaucoup nous donner l’impression que nous aidons les autres, peut-être parce que nous nous imaginons qu’ainsi nous allons gagner une image, un bon point, un meilleur Karma, une place VIP au Paradis ou tout simplement une invitation à la télévision pour évoquer notre geste héroïque ?

Enfin, c’est presque une honte de ne pas aimer la vie quand on a la chance inestimable, le privilège indécent de vivre en Occident, ou tout est mieux qu’ailleurs.

– Tu pourrais être né au Bengladesh !!!

Reconnaissons que l’argument est séduisant, malgré le fatalisme qu’il semble véhiculer : accepter son sort quoi qu’il arrive en remerciant le ciel de ces difficultés bénies …

Cependant, il n’est pas d’un grand secours, on se pensait déjà anormal, on finit par se sentir coupable d’être malheureux.

Alors, pour vivre son mal-être tranquillement, il est possible que « souffrir en silence » soit une valeur sûre si on n’est ni téméraire ni masochiste.

D’un autre côté, peut-être qu’on peut aussi essayer de s’en sortir, « s’aider soi-même » simplement parce qu’il n’y a pas de raison d’être les seuls à ne pas croquer dans le gâteau délicieux qu’on voit dans la vitrine.

Peut-être un peu des deux…

 

 


16 commentaires

1 2
  1. Querelle dit :

    Tu es morte ???

  2. Steve dit :

    Bravo jolie article je suis dacore avec toi.
    Viens visiter mon blog http://prizeeastuces.unblog.fr

  3. Lovedreamer dit :

    Merci Steve.

    Cher Querelle, pas encore tout à fait…

  4. lavisdupeuple dit :

    CHAPEAU LES WINNERS, j’viens de tomber sur le blog, j’veux dire les blogs en général et celui la m’a fait m’assoir au fond de mon canapé. Alors, je vais relire tout ça, commentaires compris, sauf celui de jean baptiste (lo po compris!), réfléchir, faire un brouillon et pis il pas impossible que le laisse sur ton blog.Take care

  5. Lovedreamer dit :

    Salut L’avis du peuble. J’ai failli oublier de te répondre, petit break + mon côté tête de linotte. Merci ! Suis content si j’ai provoqué quelque chose même s’il eut mieux valu peut-être te donner envie de sortir de chez toi :) Prends soin de toi aussi. A bientôt.

  6. tribulanne dit :

    On peut aussi vivre 27 ans en cherchant à quoi sert la vie… et puis rencontrer des gens qui vous « ouvrent » les yeux…
    Pas toujours facile, mais qu’est ce que ça fait du bien de voir le « beau ».
    Sinon, à quoi ça sert?

1 2

sarivoli |
Lusopholie |
Critica |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Dolunay
| "Le Dernier Carré"
| Les terres arides de l'isol...