Ma vraie vie sur pédéland (point) net

Un après-midi sans tabac, sur une annexe de pédéland.net


Moi : Ca ne correspond pas à ce que je cherche. Bonne continuation

Lui : lol tu a raison va voir ailleur mdrr et tu finira en te branlant ce soir mdrr

Moi : j’ai parfois beaucoup plus de plaisir à me branler qu’à perdre mon temps avec des petites merdes comme toi. Donc oui, ce soir je vais me branler et c’est ce que tu feras aussi….

Lui : hahahaaha surement pas loulou je me branle jamais tout seul / et des petites merde comme tu dis c’est toi qui es venu vers moi et pas le contraire fils de chienne pour etre aussi débile ta mere a du ce faire metre par un negro ou un arabe

 

Il ne pensait pas viser si juste, après cette dernière phrase j’étais énervé au point d’en trembler. Je lui ai répondu les mots les plus acerbes que je pouvais concevoir mais j’ai constaté qu’il avait bloqué la réception de mes messages.

C’était une interface sans photo où on rencontre très peu d’habitants de la ville Satan et j’étais persuadé qu’il était, comme moi, connecté sur d’autres annexes. Je n’ai pas tardé à trouver ailleurs un profil qui correspondait totalement à mon nouvel ami, par son pseudonyme comme par son descriptif. Je lui ai demandé si c’était bien lui qui m’insultait et les mots tendres ont recommencé à pleuvoir, suivi d’une nouvelle fuite courageuse.

Je l’ai poursuivi sur un dernier site afin de lui envoyer ce message définitif :

«  Puisqu’on ne peut pas discuter avec toi, voilà ce qu’on va faire. La prochaine fois que je te croise sur un des lieux de drague que nous fréquentons tous les deux, je vais te défoncer la gueule, bien à fond. Et ça ne sera pas avec ma BIP. »

Comme si j’allais faire ça … Je voulais seulement qu’il ébauche un tremblement derrière son écran, qu’il cesse de penser qu’Internet le dédouane de toute humanité, de tout respect pour ceux avec qui il fait mine d’échanger.

J’ai du sortir pour prendre l’air et essayer de me calmer mais le monde entier était devenu une agression et j’ai maudit ma trop grande sensibilité, ses nerfs qui s’emballent pour si peu.

Ce n’est qu’un non-évènement, une broutille dans l’existence d’un occidental privilégié mais …

Parfois ce monde me semble dégueulasse jusqu’à l’insoutenable. Je deviens de plus en plus misanthrope, j’ai l’impression presque constante d’être un exemplaire unique, un alien parmi les terriens ou un terrien parmi les aliens et de ne jamais rencontrer personne qui parle mon langage.

«  Jeune « cérébré » sensible cherche désespérément un semblable »

Qui pourrait bien y trouver quelque chose à redire ?

 

NB : Deux heures après avoir écrit ça, en me relisant, je ne suis plus certain que c’est bien lui qui a déclenché les hostilités. « lol tu a raison va voir ailleur mdrr et tu finira en te branlant ce soir mdrr » : j’ai reçu cette phrase comme un « va te branler » mais les « mdr » étaient peut-être censé atténuer … Qu’importe, je l’ai vécu comme ça.

 


2 commentaires

  1. Gary dit :

    Wahou !! Et ben ça chauffe sur la toile !! Bon, ça confirme que tu es un p’tit corriace. Je vais essayer de pas te contrarier ;-)
    Ca confirme aussi que les homos ne se distinguent pas des hétéros, ils peuvent être aussi cons, racistes et vulgaires que tout à chacun.

  2. Lovedreamer dit :

    Absolument, la connerie ne fait aucune distinction quant à l’orientation sexuelle, c’est presque une leçon de tolérance !

    « Bon, ça confirme que tu es un p’tit corriace. Je vais essayer de pas te contrarier »

    Je croyais que tu avais déjà commencé en employant « coriace » pour ne pas me vexer avec un mot plus fort :)

Lusopholie |
Wladimir Vostrikov - France |
Critica |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Dolunay
| "Le Dernier Carré"
| Les terres arides de l'isol...