Machiavéliques

-   Et bien, moi qui avais peur que vous soyez aussi ennuyeux dans un lit que dans vos propos. Vous permettez que je fume une cigarette ?

-   Non. Mais que voulez-vous dire par là ?

-   Je veux dire, votre discours sur l’attente, votre côté «professeur ». Je suis surpris que vous soyez aussi… sensuel.

-   Je suis ravi de vous surprendre mais je vous ennuyais seulement parce que vous saviez que j’avais raison et que vous refusiez de l’admettre. Vous attendiez. Vous attendiez quelqu’un, la preuve !

-   Non, je le cherchais, la nuance est de taille ! La fumée vous dérange ?!

-   Je ne la supporte pas. Chercher, attendre, je souligne juste que vous n’étiez pas dans l’instant mais dans l’expectative ! Ne vous faites pas plus idiot que vous ne l’êtes déjà.

-   J’étais plutôt en chasse, comme quelqu’un qui a faim et doit trouver un gibier pour se sustenter, pardonnez-moi la comparaison. Et à la fenêtre, c’est possible ?

-   Non, la fumée va rentrer. Vous attendrez d’être dehors. Vous allez attendre, vous ne pourrez plus le nier, et ce sera grâce à moi.

-   Vous êtes machiavélique !

-   Et si vous vous taisiez un peu ? Nul besoin d’une cigarette pour vous occuper, laissez les corps s’exprimer encore et surprenez-moi, vous aussi.

 


Pas encore de commentaires to “Machiavéliques”

Lusopholie |
Wladimir Vostrikov - France |
Critica |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Dolunay
| "Le Dernier Carré"
| Les terres arides de l'isol...