Minuit (trente)

Mon vernis craque au fond d’un autre bar. Quand la bière aura assimilé mes particules, j’oublierai mon snobisme, je serai libre, simplement, d’être qui je souhaite. Caméléon de la défonce dilettante, je regarde la peau que je laisserai derrière la mue, en jouant avec les ombres du reflet qui m’affronte. Je ne peux pas cesser de me jauger. Il me faudrait un double, un autre moi à vomir jusqu’à l’aimer. Il me faudrait un verre encore pour m’aduler et croire que je saurai repousser le jour. J’ai essayé pourtant de vivre à la lumière mais l’esclavage me tue aussi sûrement qu’un zest de mort aux rats chaque seconde dans mon sang. Encore quelques années à vivre des « nuits plus belles que vos jours » et je ne saurai plus faire marche arrière. Je serai faim prêt à mourir pour vivre en liberté rien qu’une soirée de plus. Je suis peut-être heureux, est-ce possible que ce soit ça ? Une existence sans horaires, sans contraintes, sans performances, sans maquillages, bohémienne, au bonheur la chance, pure et grandiloquente. J’ai réussi à faire taire le gros de la douleur, à bouleverser les tendances, j’ai réussi mais personne ne l’a vu. Je récolte toujours l’essentiel sans jamais rien semer que ma gentillesse, je finirai par trouver tout ce que j’ai pu chercher vraiment. Je vous donne rendez vous ici ou ailleurs, dans un an où dansant, je chanterai « maintenant ». J’ai tout mon temps, la lune brille et nous rions en oubliant déjà l’ultime facétie que le vent nous soufflait.

 


4 commentaires

  1. kitty dit :

    Ode à la liberté… avec tout ce que la liberté comporte d’ambigüité… Très beau texte.

  2. Lovedreamer dit :

    Merci beaucoup Miss Kitty !

  3. SurdouéeOrdinaire dit :

    Je découvre ton blog et te lit avec plaisir (et emploie par choix le tu). Beaucoup même, très belle écriture, bravo.

  4. Lovedreamer dit :

    Merci SurdouéeOrdinaire. Merci beaucoup ! :)

Lusopholie |
Wladimir Vostrikov - France |
Critica |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Dolunay
| "Le Dernier Carré"
| Les terres arides de l'isol...