Désuets

-   J’aime beaucoup votre peau.

-   Pourquoi ça ? Qu’a-t-elle donc de si particulier ?

-   Elle est comme vous. Les parties visibles – le visage, les mains- sont un peu rugueuses mais on y trouve des parcelles de douceur. Là, par exemple.

-   Vous êtes en train de me conter fleurette ?

-   Absolument  pas !!

-   Pourquoi riez-vous ?

-   Cette formule, « conter fleurette », est si désuète et nous va si mal, deux gaillards comme nous !

-   Je m’adapte à vous et à votre langage. Il est si évident que vous êtes une midinette.

-   N’importe quoi !

-   Si, vous l’êtes ! Et c’est d’ailleurs en ça que vous, vous êtes perdus !

-   Comment ça ?

-   Est-ce que ce monde ressemble à une terre d’asile pour les midinettes ?  Il y a peu de place pour l’amour et pour ses passionnés dans cette ère marchande.

-   Peut-être. Quoiqu’il en soit, je ne vous conte pas fleurette et je ne suis pas une midinette.

-   Oh que si ! Regardez-vous, vous êtes aussi rouge qu’un coquelicot !

 


Pas encore de commentaires to “Désuets”

Lusopholie |
Wladimir Vostrikov - France |
Critica |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Dolunay
| "Le Dernier Carré"
| Les terres arides de l'isol...