Amoureux

 

-   Il s’est retourné. Décidément, vous lui plaisez …

-   De qui parlez-vous ?

-   Du garçon que nous venons de croiser. Il vous regardait comme un gâteau dans une vitrine.

-   Vous êtes jaloux ?

-   Non, vous ne l’avez même pas vu.

-   Je voulais dire « envieux ».

-   Envieux ?

-   Envieux… jaloux que ça ne soit pas vous qu’il regarde !

-   Ah … non, je ne suis pas de nature envieuse.

-   Ca y est, vous rougissez !!

-   Cessez de me torturer !

-   Les grands mots, déjà ? De toute façon vous n’auriez aucune raison de l’être, envieux. Vous êtes bien plus joli que moi.

-   Je ne crois pas, non. Et puis c’est une affaire de goût…

-   Vous êtes très joli Jérôme.

-   C’est moi la midinette mais je jurerais que c’est vous, cette fois, qui me contez fleurette.

-   Vous croyez ? Je ne suis qu’une victime de la lune. Regardez comme elle est pleine, comme elle brille. Elle aveugle ce garçon et moi, elle me rend amoureux.

-   Vous voilà amoureux de la lune, quelle étrange soirée ! Elle est belle, c’est vrai…

-   D’elle, oui… pas seulement, de quelque coquelicot aussi.

 

Mary  Hopkin, Those were the days

 


Lusopholie |
Wladimir Vostrikov - France |
Critica |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Dolunay
| "Le Dernier Carré"
| Les terres arides de l'isol...