Névrosé

-   Tu es revenu sain et sauf de ta visite à ta grand-mère ? Elle m’avait l’air digne de  Bergman…

-   Je ne connais pas bien Bergman mais j’imagine que ça décrit parfaitement ma grand-mère !

-   Tu devrais aussi regarder « Intérieurs » de Woody Allen.

Je l’ai téléchargé. Sa suggestion était très à-propos puisque chez Elle, j’avais visionné « Celebrity » avec délectation. J’aime Woody Allen.  Il est à part,  ses personnages me rassurent, leurs névroses me sont familières. En cette période déprimante, je voudrais rester blotti dans son univers.

J’ai passé trois jours chez Elle mais je lui aurais consacrée bien plus. Dans cette maison, je me regarde partir en morceaux puis, quand je suis rentré, je m’emploie à les recoller. Je traîne une immense culpabilité. Celle de ne pas être à la hauteur, celle aussi de la savoir seule chez Elle et de n’y rien pouvoir. Malgré tout, je ne peux compter que sur Elle et un jour prochain, Elle ne sera plus là. Cette perspective est  angoissante, je sais que lorsque ça arrivera, je me sentirai plus seul que jamais mais souvent, je repense aux mots d’un de mes anciens amis :

-   Tu vas me trouver horrible mais quand ma mère est morte, je me suis senti libre.

Je ne l’avais pas trouvé horrible, je comprenais pleinement.  J’aurais voulu être capable de vivre une relation apaisée avec  Elle et je m’en veux de ne pas y arriver mais je crois qu’Elle m’étouffe encore, qu’Elle m’empêche d’avancer (d’exister). Je la déteste et je l’aime plus que je n’ai jamais aimé personne.

 

« Pauvre Joey. Elle a toutes les angoisses d’une personnalité artistique. Mais sans en avoir aucun talent. » Intérieurs, Woody Allen

 

 


8 commentaires

  1. Calystee dit :

    Je retrouve la même culpabilité quand je quitte ma mère, et parfois la même libération.
    J’aime tes dialogues.

  2. Pierre-Yves dit :

    Tu vois, je suis incapable d’écrire un texte sur ma mère et de le publier sur mon blogue. Ça serait trop sombre. Je me sens obligé de la voir pendant le temps des fêtes et c’est un moment pénible, dont je me passerais bien. Elle parle sans arrêt, constamment et n’écoute abolument jamais. Ce soir, j’ai bien failli exploser, mais j’ai préféré me taire, obstinément. Je pense qu’elle est la source de ma solitude. Désolé pour ce commentaire trop long, j’ai bu toute la soirée pour pouvoir la supporter. Mais, bon, l’important c’est que je suis passé au travers. Je te souhaite le meilleur pour 2009 !

  3. Lovedreamer dit :

    Pierre-Yves : Ton commentaire n’est pas trop long. Tu avais déjà évoqué brièvement ta mère sur ton blog et, lecteur curieux, j’avoue que je me demandais si tu l’avais vue pendant ces fêtes. Elle semblait très différente de ma grand-mère mais votre relation, tout aussi problématique.
    Ma grand-mère fait mine d’écouter mais j’ai souvent l’impression que tout ce qu’elle entend vraiment c’est elle-même.
    « j’ai bu toute la soirée pour pouvoir la supporter » : ça me parle.
    J’espère que tu n’auras pas trop la gueule de bois ;)
    Le meilleur pour toi aussi et pourquoi pas, que tu trouves la source de moins de solitude.

    Calystee: Merci ! On dirait que beaucoup de gens (surtout des garçons sensibles ?) ont quelques difficultés avec leur mère…

    Bonne année à vous deux !

  4. Calystee dit :

    Bonne année à toi. Merci.

  5. Ouam dit :

    Bonne année Joaquim ! Je te souhaite vraiment plein de trucs sympas, de belles aventures… Et un déménagement bien sûr.
    Plein de bises.

  6. unevilleunpoeme dit :

    Que de cinéma !…

  7. Paul Galveston dit :

    Excellente année à toi ma belle. Je te souhaite tout le meilleur pour cette nouvelle année qui s’ouvre à toi, avec en tête de découvrir ta voie, et de déménager, évidement, de te tirer de ce trou même si certains trous peuvent être chaud et humide :)

  8. Lovedreamer dit :

    Merci, amis lyonnais ! Très bonne année à toi, Nicolas et à toi Ouam. Qu’elle continue de vous apporter amour, gloire et beauté :)
    Bises

Lusopholie |
Wladimir Vostrikov - France |
Critica |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Dolunay
| "Le Dernier Carré"
| Les terres arides de l'isol...