Midinette, de cinq à sept

 Quelques semaines plus tôt, dans un monde parallèle

-   On partage du sexe. Ce n’est déjà pas si mal. Chez certains animaux c’est la quête de toute une vie.

Je n’ai jamais revu celui qui m’a dit ça. Il n’avait pas tort mais chez moi, ça ressemble à un casting géant qui durerait depuis quatre ans. Comme tu le sais, cher journal, c’est assez pathétique une midinette qui vit la vie d’une pute.

Encore à Toulouse,  je disais à Louis :

-    Maintenant que toute la ville t’est passée dessus, va falloir élargir à la périphérie.

Ca nous avait fait rire cinq bonnes minutes, nous ne sommes que deux enfants. Depuis qu’Elle est partie, je passe ma vie sur pédéland.net et la plupart du temps, je discute avec des gens d’autres départements. Ils me paraissent plus intéressants que les clones de la ville Satan et puis, j’ai parfois l’impression d’avoir fait le tour de ces derniers.

Je m’ennuie, cher journal.

Une fois, j’ai « baisé » jusqu’à l’écœurement. Dans un lieu de drague, j’ai partagé quelques instants avec neuf inconnus dans l’après-midi puis deux le soir. Ca ressemblait à du travail à la chaîne, j’étais devenu un morceau de viande ou une serpillère, je ne sais plus très bien. Je pense que la baisse d’estime de moi-même qui a suivi était surtout un effet secondaire « culturel ». Si nous étions tous des animaux libres qui ne se comparent pas aux autres, ce monde aurait des allures de gigantesque orgie décomplexée. Je suis nostalgique d’un Etat de Nature tel que le fantasmait ce vieux brigand de Rousseau. Je préfèrerais être entouré d’animaux libres que de clones automates.  

 

La seconde « cinéma », Nunca Jamás Che guevara

J’ai  vu « Che Guevara ».  Tous les protagonistes sont antipathiques, en particulier le personnage principal. Le pourquoi de la Révolution cubaine est à peine esquissé. Une heure et demie de guérilla dans la brousse entrecoupée d’interwiews ennuyeuses du Che, je me suis endormi avant la fin et mon cavalier aussi. J’aimerais remercier ici ceux qui ont décidé que ce film comprendrait deux parties, ça m’évitera une nouvelle heure et demie d’ennui.

 


8 commentaires

  1. Pierre-Yves dit :

    Un casting géant, alors ça sera une super vedette !

    Ce n’est pas les complexes qui font des hommes des clones, c’est plutôt la peur panique des sentiments.

  2. Lovedreamer dit :

    Plutôt un illustre inconnu venu de l’ombre mais « révélation de l’année » aux prochains awards.

    Peut-être la peur de la liberté ou celle d’être vivant.

  3. Nicolas dit :

    Ca donne envie de devenir un animal mais les animaux ne sont-ils pas des automates eux aussi mais des automates libres ? han….

  4. Lovedreamer dit :

    En effet, ça se discute. Je me faisais un peu le même commentaire en regardant un documentaire animalier cette semaine, au sujet de la reproduction qui semble programmée, etc. Au moins ils sont plus honnêtes avec eux-mêmes, moins hypocrites. En tout cas, ils ne s’encombrent pas de paraître ni de valeurs morales, … Automates libres, y a peut-être de ça.

  5. Marie dit :

    Merci pour ce blog très intéressant et super bien écrit! Tu as raison, je partage ton sentiment Tout serait beaucoup plus simple dans les rapports humains si nous étions des animaux ; plus de problèmes de bienséance, de questions primaires, secondaires et tertiaires de midinettes!!! ahhh, le paradis, quoi?!
    A très bientôt!

  6. Kab-Aod dit :

    Pierre-Yves et sa récurrente « peur panique des sentiments » ! (que je ne comprends toujours pas, et ce n’est pas faute d’y mettre de l’empathie ;)
    Continuer à se comparer à des animaux me semble démodé, même si biologiquement nous restons de ce règne. Personnellement, mon conjoint me rend largement plus souvent amoureux qu’il ne se soucie de mon appétit sexuel. Et sans-doute suis-je un Homme, et non un chien, parce que l’amour me fait tenir debout plus que la satisfaction de jouir.
    Mais bon, je commence hélas à connaître la chanson : le cœur est moins bavard que le cul ^^

  7. Lovedreamer dit :

    Merci de ce commentaire Marie. J’ai parcouru ton blog et je te retourne le compliment. Ce que tu écris est agréable à lire et moi, ça m’intéresse. Je reviendrai. A bientôt, donc. (je voulais te souhaiter la bienvenue mais je n’arrive pas à poster un commentaire)

    Kab-Aod : je ne laisserai pas entrainé sur le sujet brumeux des flatulences !

  8. Pierre-Yves dit :

    @ Kab-Aod : Ce n’est pas la mienne, dont je parle, c’est celle des autres hommes. Particulièrement criante dans les milieux gais.
    @ Lovedreamer : Probablement que la liberté fait encore plus peur que les sentiments…
    La date de tombée pour ta note hebdomadaire approche. ;-)

Lusopholie |
Wladimir Vostrikov - France |
Critica |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Dolunay
| "Le Dernier Carré"
| Les terres arides de l'isol...