Archive pour août, 2009

Sur ma route

Je fais apparaître des billets de banque sur les trottoirs, tu projettes des rollers sur les boulevards. Sommes-nous seulement un des jouets de Paris ? Que lui importe ?! Des millions d’autres la piétinent ce soir…

Lui, je ne suis pas là pour voler sa place, il m’a fallu si long temps pour trouver la mienne – ni trop étroite, ni trop lâche – que je ne la perds plus des yeux. Je vogue sur ma ligne, qu’elle file ou qu’elle bouchonne, qu’elle soit droite ou tordue, je n’en poursuis pas d’autre.

Je te connaissais déjà, voilà, je sais qui tu es, mes neurones n’y sont pour rien, j’ai retrouvé ta trace tout au fond de moi, j’ai suivi les quelques cailloux que tu avais laissés là pour que je te rejoigne.

Tu es beau, mon ami, nu comme moi dans ce halo de vérité. Je ne crois pas qu’on puisse se trahir  si loin des faux semblants et des vaines espérances.

Quelques jours encore et je repars dans le gris et le froid. J’ai un peu peur, juste un peu mal.

Je reviendrai.

Si c'est ailleurs ,c'est ici. |
Histoire et fiction - 11ème... |
Critica |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Dolunay
| "Le Dernier Carré"
| Les terres arides de l'isol...