Archive pour septembre, 2010

La vie rêvée des félins (my tiger is rich)

Saviez-vous que les tigres qui enfantent en captivité refusent de s’occuper de leur progéniture ? Je crois personnellement qu’ils préfèrent la laisser mourir que lui offrir en héritage une vie derrière des barreaux, je pense que les animaux choisiraient tous de laisser s’éteindre leur espèce plutôt que de troquer leur liberté contre une survie misérable, aussi abondants soient la nourriture qu’on leur propose et l’espace entre deux grillages.
A l’exception des chiens…
Je ne les aime pas beaucoup. Au fil de mon enfance j’en ai pourtant rencontré quelques uns pour qui j’éprouvais de l’affection mais je ne comprends pas qu’on puisse choisir d’être des esclaves aussi dociles, qu’on n’essaie pas de s’enfuir à la première occasion.
Parfois dans la même maison, les félins les observent eux aussi d’un œil dédaigneux.  Il est vrai qu’ils ont inventé le mépris mais essayez de demander à un chat de vous rapporter une balle, de chasser pour vous ou de tirer un traîneau pour emmener vos enfants à l’école. Imaginez leur regard. Les chats vivent parmi les hommes de leur plein gré afin de s’assurer un confort : de la nourriture, des caresses, un toit mais jamais ils ne trahissent vraiment leur nature, jamais ils n’abdiquent.  Ils profitent et s’ils chassent des souris même le ventre plein c’est simplement parce qu’ils aiment ça, pas pour vous rendre service.
Je pourrais les regarder vivre des journées durant. Qu’est-ce que les chiens ont à raconter, eux, aux pieds de leurs mémères ?
Je ne voudrais pas qu’on me taxe d’inviter par ce texte futile à une quelconque haine raciale, ce point de vue est très subjectif.
Je suis peut-être aigri et une misanthropie encore partielle me pousse à délaisser les humains. En ce moment je regarde beaucoup de documentaires animaliers, ils me passionnent et me reposent. Ils relativisent aussi mes propres soucis et mes interrogations spirituelles. La vie sauvage est ponctuée de drames et quand on voit à quel point la Nature est cruelle, on se demande bien à quoi peuvent servir nos prières, pourquoi l’Univers, Dieu ou des anges gardiens seraient plus cléments à notre encontre qu’envers des êtres qui ne font jamais que suivre leur instinct.
Tous ces films n’aident pas à apprécier les hommes. Je ne sais pas si nous détruisons vraiment la planète mais il est manifeste que nous saccageons celle des autres animaux, leurs espaces vitaux, leur santé, le plus souvent par avidité. Je veux croire que quand la Nature se sentira trop menacée, elle nous éradiquera d’une pichenette. Bye, bye, super-prédateur super présomptueux. 

 

Il n’y a pas d’abonné au numéro que vous avez demandé, veuillez recomposer votre appel ultérieurement

 

Quand est-ce que les gens ont cessé de m’intéresser ? Depuis quand ai-je l’impression qu’ils me racontent tous la même chose ? Ils m’indiffèrent, ils me désespèrent.
Est-ce que c’est arrivé en arrêtant les anxyolitiques et l’herbe ? Est-ce que ces drogues maintenaient l’illusion d’un monde acceptable ?
Je me sens comme un téléspectateur qui tomberait sur le même programme à chaque pression de son doigt sur un nouveau bouton de sa télécommande, un programme qu’il n’aime pas, voire une simple mire.
Je suis seul parmi les autres à un point que je ne saurais décrire.
J’ai l’impression d’avoir connu tant de déceptions que je ne suis plus capable d’être déçu.
Ma vie m’emmerde, c’est une horrible vie.
De tous côtés il n’y a que des moules dans lesquels je ne peux entrer.
Je ne suis pas intellectuel, je ne suis pas manuel, je ne suis pas un érudit, je ne suis pas un ignare, je ne suis pas une pétasse, je ne suis pas un ours, je suis trop carré et trop lâche pour être un vrai rebelle, trop sensible pour être détaché.
Personne n’est fait pour moi mais la solitude, non plus.

J’en pleurerais.
J’en pleurerai.

 

Si c'est ailleurs ,c'est ici. |
Histoire et fiction - 11ème... |
Critica |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Dolunay
| "Le Dernier Carré"
| Les terres arides de l'isol...