Il n’y a pas d’abonné au numéro que vous avez demandé, veuillez recomposer votre appel ultérieurement

 

Quand est-ce que les gens ont cessé de m’intéresser ? Depuis quand ai-je l’impression qu’ils me racontent tous la même chose ? Ils m’indiffèrent, ils me désespèrent.
Est-ce que c’est arrivé en arrêtant les anxyolitiques et l’herbe ? Est-ce que ces drogues maintenaient l’illusion d’un monde acceptable ?
Je me sens comme un téléspectateur qui tomberait sur le même programme à chaque pression de son doigt sur un nouveau bouton de sa télécommande, un programme qu’il n’aime pas, voire une simple mire.
Je suis seul parmi les autres à un point que je ne saurais décrire.
J’ai l’impression d’avoir connu tant de déceptions que je ne suis plus capable d’être déçu.
Ma vie m’emmerde, c’est une horrible vie.
De tous côtés il n’y a que des moules dans lesquels je ne peux entrer.
Je ne suis pas intellectuel, je ne suis pas manuel, je ne suis pas un érudit, je ne suis pas un ignare, je ne suis pas une pétasse, je ne suis pas un ours, je suis trop carré et trop lâche pour être un vrai rebelle, trop sensible pour être détaché.
Personne n’est fait pour moi mais la solitude, non plus.

J’en pleurerais.
J’en pleurerai.

 

 


Lusopholie |
Wladimir Vostrikov - France |
Critica |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Dolunay
| "Le Dernier Carré"
| Les terres arides de l'isol...