Archive pour octobre, 2015

This is not a chicken

imagesblogsfeatherlesshenincagejpg___250.222_0__0

 

 

Version française plus bas

 

Meanwhile, the eggs you’re going to eat tonight or tomorrow remain the offspring of a slave with only the surface of an A4 sheet as a living space. Or maybe the ones from another, imprisoned outdoors in conditions almost as inhumane. Her life will only be a negation of itself, an endless suffering. By doing the gesture of eating what they stole from her in your name, not only are you saying that torturing her is acceptable but you are creating this condition.

Some people think that one is what one eats, I say that you will ingest this slave’s suffering and you will carry it with you, wherever you will go, whatever you will do. Deep inside yourself, you perfectly know that I am right. Dare you assert that you are not pain. Dare you pretend that you didn’t bury your humanity under layers and layers of superfluity that leads you to feel more and more cold, more and more lonely, more and more lost.

Trying to improve the conditions of this slavery and make it more tolerable to your conscience doesn’t really matter. As long as you didn’t put an end to this servitude and give back to this chicken (and anything else) her whole and unconditional freedom, her fundamental dignity, you will not get your own back, you will keep on suffering with this chicken, through her and for her.

This is not a chicken.

This is you.

As well as anything else.

You can decide to stop this pain now or you can survive this way for many more years, centuries or other millenniums. Change is the only way to end this suffering, change is inevitable.

 

Image de prévisualisation YouTube 

Nina Hagen & Lene Lovitch, Don’t kill the animals

 

 

Ceci n’est pas une poule

imagesblogsfeatherlesshenincagejpg___250.222_0__0

 

Pendant ce temps là, les œufs que vous allez manger ce soir ou demain demeurent la progéniture d’une esclave disposant de la surface d’une feuille A4 pour seul espace de vie. Ou peut-être ceux d’une autre, emprisonnée dehors dans des conditions presque aussi inhumaines. Son existence n’aura été qu’une négation d’elle-même, un puits de souffrance sans fond. En faisant le geste de manger ce qu’on lui vole en votre nom, vous ne vous contentez pas de dire que sa torture est acceptable, c’est vous qui la créez.

  Certains pensent qu’on est ce qu’on mange, moi je dis que vous ingurgitez la souffrance de cette poule et la portez avec vous, partout où vous allez et quoi que vous fassiez. Au plus profond de votre être, vous savez très bien que j’ai raison. Osez affirmer que vous n’êtes pas souffrance. Osez prétendre que vous n’avez pas enfoui votre humanité sous des couches et des couches de superflu qui vous amène à vous sentir de plus en plus froid, de plus en plus seul, de plus en plus perdu. 

Essayer d’améliorer les conditions de cet esclavage, de le rendre plus tolérable à votre conscience n’importe pas vraiment. Tant que vous n’aurez pas mis un terme à l’asservissement et redonné à cette poule (et à tout le reste) sa liberté totale et inconditionnelle, sa dignité fondamentale, vous ne retrouverez pas la vôtre et vous souffrirez avec cette poule, par elle et pour elle. 

Ceci n’est pas une poule. 

Ceci est vous. 

Ainsi que tout le reste. 

Vous pouvez décider de mettre fin à cette douleur maintenant ou vous pouvez survivre de la sorte encore pendant des années, des siècles ou d’autres millénaires. Changer est la seule solution pour venir à bout de cette souffrance, changer est inéluctable.

 

 

Image de prévisualisation YouTube

Lene Lovitch & Nina Hagen, Don’t kill the animals

Emotions

Image de prévisualisation YouTube

Boy George, Generations of love

Killer Nina

 

Image de prévisualisation YouTube

Adamski & Nina Hagen, Killer

Si c'est ailleurs ,c'est ici. |
Histoire et fiction - 11ème... |
Critica |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Dolunay
| "Le Dernier Carré"
| Les terres arides de l'isol...