Rita s’en va

 J’ai traversé seul les vestiges de la ville glace maudite. Le printemps ne s’y était pas montré depuis trois mille hivers. Les rats devenus rois n’avaient de préoccupation que pour le clinquant, leurs dieux étaient des pies voleuses* aux instincts malfaisants. Il était déjà tard quand j’ai croisé Rita en longeant la rivière. Dans ses yeux, la lumière s’éteignait. Elle ne pouvait plus porter ses dix ans de vie de chien, elle se mourait d’effroi. Bientôt elle se prosternerait devant les abattoirs avec les autres ombres. Elle oublierait la Vie, les couleurs et les vraies friandises. Les tambours de l’Appétit Féroce Que Rien n’Éteint Jamais seraient devenus les seuls à battre dans son cœur. A la fin de son errance servile, dans le murmure d’un soupir fatigué, elle disparaîtrait sans rien ajouter. J’aurais voulu l’aider mais comme j’approchais, elle s’est enfuit dans la nuit. Elle avait pris ma main tendue pour la promesse de nouveaux coups.

Pardon.

 

*des pies voleuses mâles

Image de prévisualisation YouTube

Chloe Charles (avec The Sweetness) – God is a toad

 


Pas encore de commentaires to “Rita s’en va”

Si c'est ailleurs ,c'est ici. |
Histoire et fiction - 11ème... |
Critica |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Dolunay
| "Le Dernier Carré"
| Les terres arides de l'isol...